Quels sont les risques de travailler en hauteur ?

0
1388

Il existe différentes situations de travail qui nécessitent de se sécuriser afin d’éviter les chutes ; sur une plateforme, sur une toiture (à plat ou en pente), sur une charpente, sur un pylône (haute-tension, basse-tension, gsm, 5g…).
Cette activité demande des compétences techniques et un savoir-faire afin de réaliser un travail de qualité dans une bonne configuration. Il est donc important de se former pour se déplacer loin du sol en toute sécurité.
Il ne faut pas oublier que les chutes de hauteur font partie des principales causes d’accidents mortels au travail. Pour la prévention, une réglementation stricte encadre la pratique ainsi que le matériel à utiliser pour les opérations (accès pylônes, milieux confinés, secours, élagage, etc) au travers de normes.

Le travail et la chute en hauteur

Il existe différents cas de figures pour lesquels la gravité de la chute peut être plus ou moins importante. On va parer de “facteur 2”. Les accidents pouvant concerner les ouvriers situés en élévation sont : les chutes d’un escabeau, plateforme de travail roulante ou nacelle, la position élevée (travaux de toiture, de charpente…), les travaux de terrassement avec tranchées ou chantiers de fouille, l’accès en zone surélevée par escaliers, échelles ou passerelles ainsi que les pylônes ou les équipements de travail (camion-citerne, échafaudages…).
Tous types de secteurs sont concernés, mais c’est dans le secteur du bâtiment que le risque est plus élevé. Même si le travail proche d’une tranchée, d’une falaise ou d’une fouille n’est pas vraiment un travail en hauteur, ils présentent les risques semblables avec des conséquentes plus ou moins graves. Expertise et conseil dans vos projets d’accès difficiles est là pour vous accompagner dans la réalisation de vos projets et vous apporte à la fois réseau, conseils et référence dans un cadre légal.

La sécurité du travail en hauteur

Pour le travail en hauteur, les principes généraux de prévention de risques de chute sont annoncés dans l’article L4121-1 et suivant le Code du travail. Il stipule que l’employeur est dans l’obligation d’articuler les démarches de sécurité en tenant compte des risques pouvant être évités, des causes plutôt que des effets des risques, de l’application des mesures de protection collective et de la sensibilisation des travailleurs aux dangers du travail en hauteur ainsi qu’aux différents risques.
Il incombe également à l’employeur de former les ouvriers sur la sécurité du travail en hauteur. La détermination des risques de chute doit être faite en amont, et le plus tôt possible pour pouvoir mettre en place des solutions permettant de les éviter.

Les différentes protections lors du travail en hauteur

Il existe différents équipements de protection (individuels et collectifs) afin d’assurer la sécurité des ouvriers travaillants en hauteur. Parmi les protections collectives, il y a les rambardes, les garde-corps, les échelles à marches, les échelles fixes (à crinoline), les échafaudages roulants ou à pied, les plateformes sur mâts, élévatrices mobiles ou suspendues, les filets de sécurités…
Comme équipements de protection individuels (EPI), le harnais de sécurité est l’équipement de base à toujours avoir avec soit. Comme tous les autres équipements, il doit être adapté en fonction de l’intervention (harnais de suspension, harnais de maintien, harnais antichute, baudrier d’élagage…)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.