Ligue des champions : tout sur le nouveau format ?

0
810

L’UEFA a finalement approuvé le nouveau format de la Ligue des champions qui entrera en vigueur lors de la saison 2024-2025.

Plus d’équipes, un mini-championnat pour la phase de poules, un club français alors que la France reste au cinquième coefficient UEFA… On vous dit tout ce qu’il faut savoir sur cette nouvelle version.

Ligue des champions : connaître le nouveau format de la compétition

L’UEFA ne s’en cache pas, mais en fait le plus gros argument de diffusion : la nouvelle mouture de la Ligue des champions à partir de 2024 doit prendre du poids. Parfois, cela ressemble à la Super League, un projet auquel s’opposent des associations européennes…

Dans une présentation sur la chaîne française, l’équipe de Team AG (qui vend l’épreuve pour l’UEFA) a insisté : « plus  d’équipes » (36 au lieu de 32), “plus de matches” (144 contre 96 en phase de poules), “plus de certitude” (8 matches garantis par club), “plus de qualité”, “plus de mois”. Ainsi, « plus de gains » attendu par le vendeur…

Un consensus

A l’issue de son comité exécutif à Vienne, la fédération européenne semble avoir décidé d’un consensus pour lever les doutes : le “système suisse”, concours inspiré du mini-championnat, effectivement remplacé par la première phase qui s’applique à l’actuelle phase de poules, mais en huit jours au lieu de dix initialement pensé, et six aujourd’hui.

L’expansion de l’épreuve European Queen plaît à certains clubs en allouant quatre tickets supplémentaires : deux places supplémentaires attribuées aux deux meilleurs nations européens de la saison, un filet de rattrapage pour les cadors et un troisième club éligible pour le cinquième nation à l’indice UEFA, la France en ce moment.

Cette réforme, la plus radicale depuis deux décennies, a été confirmée un an après la tempête de la Super League, projet éphémère de compétition privée lancé par plusieurs grands clubs rebelles. Pour en savoir plus, voir le spysports.net.

Compromis

Avec la prolongation de la première phase, les diffuseurs devraient se contenter d’un total de 225 matchs au total au lieu des 125 précédents, les clubs ayant une garantie de revenus de billetterie plus élevés – même en cas d’élimination précoce – et les téléspectateurs espérant des affiches prestigieuses.

Deux enjeux ont créé de l’incertitude dans un football européen au calendrier déjà chargé et aux équilibres économiques inévitables.

D’abord le nombre de journées de mini-championnat, initialement fixé à dix mais finalement réduit à huit, puis l’attribution de deux des quatre billets supplémentaires au bénéfice du coefficient UEFA de chaque club non classé, une proposition qui favorise la grande écurie en supprimant l’aléa sportif.

L’instance continentale a accepté de médiatiser les deux points en attribuant deux billets supplémentaires en passant par le classement des champions concernés, et non directement les meilleurs clubs.

Les huit meilleures équipes à la fin de la première phase du mini-championnat se qualifient pour les huitièmes de finale, tandis que les équipes classées du 9e au 24e se qualifient pour les séries éliminatoires sous le format aller-retour.

Une nouvelle manne

L’UEFA a également annoncé que tous les matches sauf la finale se poursuivaient dans la semaine, une confirmation attendue par les ligues nationales, qui se joue le week-end.

Enfin, la suggestion d’Aleksander Ceferin de combiner les demi-finales et la finale sous forme de “Final 4” dans la même ville et sur un match sec semble avoir été abandonnée, en gardant le format de demi-final aller-retour qui ont été si impressionnant cette saison.

La Ligue Europa et la Ligue Europa Conférence sont également concernées par cette mise à jour, avec un nouveau format inspiré de la Ligue des champions.

Même si certains ont critiqué la réforme et accusé l’UEFA de vouloir changer une formule éprouvée, la hausse des recettes attendue à partir de 2024 pourrait suffire à convaincre les indécis.

Début 2022, les droits télévisuels des compétitions interclubs européennes pour la saison 2024-2027 étaient cédés pour 5 milliards d’euros par an, un bond de plus de 50 % par rapport aux droits télévisés en 2018-2019.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.