Les véhicules de manutention à l’hydrogène sont-ils l’avenir de la logistique ?

0
1121

Tandis que les véhicules utilitaires comme les cars et les poids-lourds misent déjà depuis un certain temps sur l’hydrogène comme source d’énergie, un autre segment du marché parie sur cette ressource pour l’avenir. Ainsi, l’industriel Faurecia a noué un accord avec la société Gaussin, implantée en Haute-Saône, pour la fourniture de réservoirs à hydrogène pour ses nouveaux modèles de véhicules de manutention.

La pile à combustible au cœur du dispositif

Le principe est simple : l’hydrogène est transformé grâce à une pile à combustible qui va alimenter une motorisation électrique qui dégage uniquement de la vapeur d’eau. Les camions de Gaussin seront munis du fameux Powerpack Hydrogène. Les premiers travaux sur ce système datent de l’accord noué avec le CEA-Liten, un organisme rattaché au Commissariat à l’Énergie Atomique.

La pile à combustible offre de nombreux avantages : il n’y a pas de rejets polluants et elle produit une puissance motrice très satisfaisante, idéale pour les camions. De plus, son fonctionnement est silencieux, ce qui est agréable dans un cadre industriel, généralement assez bruyant.

De l’hydrogène stocké à très haute pression

crédits : envato elements

Les réservoirs conçus par les équipes de Faurecia, qui ont une forme particulière, contiendront 5 kilos d’hydrogène à une très haute pression, c’est-à-dire 350 bars. Ils auront une durée de vie relativement longue. Le véhicule avec ce réservoir disposera d’une autonomie qui pourra aller jusqu’à 12 heures.

Ces réservoirs sont le fruit d’un travail pointu mis au point au sein d’un centre de recherche très innovant, situé à Bavans dans le département du Doubs. Ce lieu très ambitieux a nécessité un investissement conséquent de 25 millions d’euros. Plus de soixante ingénieurs y travaillent pour mettre au point les dispositifs de stockage à hydrogène qui seront installés dans l’avenir sur de nombreux véhicules.

Deux véhicules vont être commercialisés en 2021

crédits : envato elements

Les réservoirs ont fait l’objet de nombreux tests. Les premières livraisons pour cet équipement commenceront d’ici la fin de cette année pour pouvoir être installées dans deux véhicules mis au point par Gaussin. Ces véhicules devraient être commercialisés à partir de 2021. Un véhicule adapté au transport logistique pour de la manutention légère avec une capacité permettant de tracter 38 T au maximum et un second dédié aux transports portuaires qui disposera d’une capacité de traction allant jusqu’à 75 T.

Christian Gaussin, le dirigeant de Gaussin a indiqué début octobre : « Le lancement cette semaine de nos premiers véhicules à hydrogène est une étape importante dans la stratégie de Gaussin visant à offrir une gamme complète de véhicules zéro émission ». Gaussin a pour projet de fabriquer dans les 10 ans qui viennent environ 200 000 véhicules de transports.

Faurecia multiplie les partenariats

Mathias Miedreich, l’un des dirigeants de Faurecia a précisé de son côté : « Le système de piles à combustible est parfaitement adapté aux usages intensifs des véhicules nécessitant une forte puissance et une autonomie accrue, tout en étant zéro émission ».

À noter que sur le segment de l’hydrogène, Faurecia a déjà eu l’occasion de mettre en place un partenariat avec Michelin, pour injecter 140 millions d’euros dans un projet qui d’appelle Symbio dans le but d’accélérer l’essor de nouvelles piles à combustible.

Christian Gaussin, le dirigeant de Gaussin a indiqué début octobre : « Le lancement cette semaine de nos premiers véhicules à hydrogène est une étape importante dans la stratégie de Gaussin visant à offrir une gamme complète de véhicules zéro émission ». Gaussin a pour projet de fabriquer dans les 10 ans qui viennent environ 200 000 véhicules de transports.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.